01/11/2017

Prochainement à Dijon

Atelier d'écriture à la nouvelle Bibliothèque Mansart
le samedi 13 janvier 2018 à 14h00

Atelier d'écriture autour de l'expo CHAPIRO à Dijon

Inscrivez-vous !
Atelier d'écriture autour de l'exposition Jacques CHAPIRO à la Chartreuse de Dijon
le mercredi 17 janvier à 14h30 - Ouvert à Tous à tout âge


Des ateliers d'écriture toujours plus fréquentés en Octobre 2017




05/06/2017

Concours

Concours d'écriture à suivre ici


24/02/2017

Des robes qui nous racontent… le 9 mars 2017

Lancement du livre "Des robes qui nous racontent"

 

Le jeudi 9 mars 2017 verra la présentation publique du livre "des robes qui nous racontent", un ouvrage singulier qui présente une démarche artistique et humaine par un collectif de femmes chenevelières.
L'émotion sera certainement palpable le jeudi 9 mars 2017 tant l'aventure "Des robes qui nous racontent" fut extraordinaire. Elle continue de l'être, d'ailleurs, car aucun membre du collectif n'aurait imaginé, un jour, imprimer ses paroles dans un livre que la MJC édite.

"Des robes qui nous racontent" a vu le jour en mars 2015. La rencontre avec l'artiste plasticienne Frédérique Toutain fut déterminante. Avec l'action "médiation culturelle" de la MJC (Fatima Achab, Marcellin Greatti), il est validé le projet de création de robes qui seront présentées au public le 12 décembre 2015, dans le cadre du festival des Nuits d'Orient.
Dès lors, près de 20 femmes s'investissent dans une initiative forte, touchante, qui les verront découvrir des expériences nouvelles, acquérir de la confiance et être fières des messages qu'elles portent vers nous tous !

La présentation de ces robes-oeuvres émeuvent le public qui les découvre à tel point que ces messages doivent franchir les portes de la MJC. Des partenaires vont alors nous soutenir pour cette nouvelle étape : la Municipalité de Chenôve, le Conseil Régional de Bourgogne-Franche Comté.
C'est une nouvelle vie qui s'ouvre pour les robes et un nouvel impact pour tous ceux qui les découvrent.

Logiquement, naturellement, il nous est apparu la nécessité de transcrire par les mots cette expérience. Des ateliers d'écriture sont mis en place en janvier 2017, avec l'aide de Philippe Anginot et les textes émanant des femmes soulignent, dans leurs vies de femmes, l'importance de la démarche.

Nous vous convions donc le jeudi 9 mars 2017 à 19h30 à la MJC de Chenôve pour partager ce moment unique.

Nous remercions chaleureusement celles et ceux qui ont rendu cette action possible : Mme Kheira Bouziane, députée de la 3ème circonscription de Côte d'Or
M. Thierry Falconnet, maire de Chenôve et vice-président du Grand Dijon ainsi que son équipe municipale
Mme Delphine Zenou, déléguée régionale au droit des femmes de Bourgogne Franche-Comté
Le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté et sa présidente Mme Marie-Guite Dufay
Mme Christiane Barret, première préfète de la région Bourgogne-Franche-Comté
Latifa Messaoudi – photographe
Philippe Anginot – les ateliers de la sardine éblouie
Frédérique Toutain pour sa fantastique implication et l'énergie positive constamment transmise.

04/01/2017

Les ateliers du Figaro

Le Figaro crée ses ateliers d'écriture

Paris (AFP) Mercredi 04 Janvier 2017

L'écrivain français Georges-Olivier Châteaureynaud le 30 août 2007 à Paris (AFP/Archives-PIERRE VERDY)

Des ateliers d'écriture payants pour "désinhiber" les apprentis écrivains face au vertige de la page blanche, vont être lancés par le Figaro littéraire, supplément littéraire du quotidien.
"Le Figaro littéraire a décidé de mettre en place des ateliers pour celles et ceux qui sont attirés par la formidable aventure de l'écriture", a annoncé mercredi Mohammed Aïssaoui, écrivain et journaliste au Figaro littéraire, prix Renaudot de l'Essai et prix du Roman historique pour "L'affaire de l'esclave Furcy", qui animera le premier atelier à compter du 19 janvier.
Les trois ateliers prévus, chacun comptant huit séances de trois heures pour un coût de 1.600 euros, seront animés par des écrivains habitués à faire "sortir" les mots, afin de "permettre aux participants de cheminer vers leur style personnel".
Le deuxième atelier (du 24 février au 8 avril) sera animé par Georges-Olivier Châteaureynaud, prix Renaudot et lauréat du Goncourt de la nouvelle. Le troisième atelier (du 19 avril au 7 juin) sera animé par Belinda Cannone, lauréate notamment du prix de l'Essai de l'Académie française.
"Il existe des techniques pour faire sortir le texte que l'on porte en soi, pour se donner une discipline. La notion de plaisir et de jeu est omniprésente - tous les exercices ou les jeux d'écriture possèdent une dimension ludique. Dès la deuxième séance, les participants pourront constater une progression", a assuré M. Aïssaoui.
Ces ateliers d'écriture se dérouleront dans les locaux du Figaro à Paris.
"Ce que nous aimerions atteindre à la fin des huit séances: que le participant reparte avec une confiance en lui et une discipline qui lui permettent d'aller au bout de son projet, qu'il souhaite écrire pour lui-même ou être publié", a indiqué le journaliste du Figaro littéraire.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

24/12/2016

Concours d'éloquence

L’avocat qui donne la parole aux étudiants de Seine-Saint-Denis

Dans le cadre du concours Eloquentia, Me Bertrand Périer enseigne l’art de la rhétorique. Un exercice jubilatoire.
M le magazine du Monde | | Par

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2016/12/24/l-avocat-qui-donne-la-parole-aux-etudiants-de-seine-saint-denis_5053684_4500055.html#qpe2MbtsqBzKFjpH.99

22/12/2016

Concours de nouvelles OPAD Dijon

Tenté(e) par l'écriture d'une nouvelle ?
Participez au concours organisé par l'OPAD de Dijon. Le thème : l'europe… La contrainte : le mot Charlemagne doit figurer dans la 1ère ou la dernière phrase…
A remettre avant le 15 mars 2016
Retrouvez le règlement ici.


29/11/2016

Atelier l'instant d'après le film LOUISE EN HIVER

Ça se passe au cinéma Eldorado à Dijon.
C'est dimanche 4 décembre après la séance de 12H00 de Louise en hiver, un film d'animation de Jean-François Laguionie.
C'est un atelier d'écriture intitulé "L'instant d'après", écriture libre inspirée du film, proposé par Philippe Anginot.
C'est ouvert à tous les membres du Collectif Eldo !
Bienvenue !

18/11/2016

Ateliers de l'Eldo à Dijon


Un long-métrage réalisé par Jean-François Laguionie

A la fin de l’été, Louise voit le dernier train de la saison, qui dessert la petite station balnéaire de Biligen, partir sans elle. La ville est désertée. Le temps rapidement se dégrade, les grandes marées d’équinoxe surviennent condamnant maintenant électricité et moyens de communication. Fragile et coquette, bien moins armée que Robinson, Louise ne devrait pas survivre à l’hiver.
Mais elle n’a pas peur et considère son abandon comme un pari. Elle va apprivoiser les éléments naturels et la solitude. Ses souvenirs profitent de l’occasion pour s’inviter dans l’aventure.
© 2016 JPL Films – Unité Centrale – Arte France Cinéma – Tchack

 Laissons-nous emporter vers les rivages de nos souvenirs sans nom
et comme Louise tentons de résister à la solitude avec la poésie des mots et la tendresse de nos regards éblouis.
 
Atelier d’écriture ouvert aux adhérents du Collectif ELDO,
animé par Philippe Anginot
animateur des ateliers de la sardine éblouie.
Nouveau rendez-vous dimanche 4 décembre après la séance de 14h
de Louise en hiver de Jean-François Laguionie

16/11/2016

Ateliers de Mansart

C'était à la bibliothèque Mansart à Dijon. Une quinzaine de participants pour un atelier Vieux… et alors ! A renouveler vite !

04/11/2016

Oser écrire avec Bing pour voir…




Et si devenir écrivain pouvait s'apprendre
Par @Culturebox
Mis à jour le 02/11/2016 à 19H43, publié le 02/11/2016 à 19H32


Savoir écrire n'est peut-être pas qu'un talent inné. En France, les ateliers d'écriture connaissent un succès croissant et ont fait récemment leur entrée à l'université. Ces programmes ont avant tout pour vocation de donner des clés pour développer le potentiel de chacun. Des auteurs comme Philippe Djian, animent des ateliers très courus.
"En France, on vit avec l'idée qu'écrire, c'est un don. Apprendre le piano, oui, mais l'écriture, ça passe moins bien", explique Frédérique Anne, la directrice des ateliers Elisabeth Bing à Paris, qui accueillent quelque 500 participants. Pourtant, trouver son style, donner du rythme au récit ou rendre des personnages attachants ne va pas de soi pour tout le monde. "Il est important de montrer qu'écrire, c'est du travail. C'est beaucoup réécrire", explique l'animatrice. Chaque semaine, elle soumet une "proposition d'écriture" à ceux qui poussent les portes de l'atelier, comme narrer un événement d'apparence anodine faisant basculer la vie d'un personnage. "L'idée n'est pas de normer", mais de "voir comment un texte est perçu, comment il peut bouger", souligne-t-elle. La lecture à l'oral des textes est essentielle dans ce processus même si aujourd'hui plus de la moitié des participants suivent les ateliers par courriel, avec un dispositif adapté pour maintenir une dynamique du groupe.

Aux Etats-Unis, des écrivains majeurs comme Raymond Carver, Richard Ford ou Jay McInerney revendiquent souvent avoir suivi des cours de création littéraire ("creative writing"). Les ateliers d'écriture ne sont pas une nouveauté outre-Atlantique. Le premier programme du genre a vu le jour en 1936 à l'université d'Iowa, désormais célèbre pour les nombreux Prix Pullitzer qui y sont passés, comme Philip Roth.

La France veut rattraper son retard

En France, le sujet est moins ouvertement abordé même si les cours se multiplient, grâce à internet notamment. Les universités cherchent elles aussi à se mettre à la page. Aujourd'hui, dans l'Hexagone, il existe quatre formations qui proposent ce type de cours d'écriture à leurs élèves, à Toulouse, au Havre, à Paris VIII et à Cergy-Pontoise. Pourtant, à en croire le nom d'une étude menée en 2015 par Odoxa pour le site de vente en ligne Amazon, "les Français aiment écrire". Elle montre ainsi qu'un Français sur trois a déjà écrit ou songé à écrire un livre et que les jeunes (18-24 ans) sont les plus motivés par l'écriture : 59% d'entre eux déclarent "aimer écrire". Par ailleurs, d'après un sondage Opinion Way pour Le Figaro Littéraire, 1,4 million de Français ont un manuscrit à faire lire, mais seuls 400 000 d'entres eux font la démarche de l'envoyer à un éditeur. En clair, si l'offre se développe, la demande devrait suivre.

Leïla Slimani a suivi l'atelier d'écriture de la NRF/Gallimard

Ces ateliers accouchent régulièrement de nouveaux talents. C'est par exemple le cas aux Etats-Unis du jeune prodige Garth Risk Hallberg, l'auteur de "City on fire" (2015). En France aussi, ces programmes peuvent être de vraies pépinières. En lice pour le Goncourt et le Renaudot, deux prix remis jeudi, Leïla Slimani (avec son livre "Chanson douce") est passée par les ateliers de la Nouvelle Revue Française (NRF/Gallimard), inspirés par ce que fait l'éditeur Faber & Faber à Londres. Des aspirants écrivains se confrontent à de grands noms de la littérature française comme Philippe Djian ou Jean-Marie Laclavetine au siège de Gallimard. "Elle avait déjà écrit une première mouture de "Dans le jardin de l'ogre" (son premier roman, ndlr). Ca l'a déverrouillée. Six mois plus tard, elle terminait son manuscrit", a indiqué la maison d'édition. La formation est décriée pour ses prix (1.500 euros pour 24 heures de cours étalées sur un trimestre), mais reste un succès non démenti avec 40% de réinscription parmi les participants.
L'écrivain d'origine bulgare, Elitza Gueorguieva, a elle obtenu un master en création littéraire à l'université. C'est grâce à cette formation toute récente qu'elle a pu terminer "Les cosmonautes ne font que passer", son premier roman, en cours de réimpression chez Verticales (Gallimard). "On évolue dans un groupe, il y a énormément de retours des autres étudiants, c'est très constructif. C'était important pour moi car je suis étrangère et j'écris en français. J'ai notamment appris à fluidifier mon écriture", explique-t-elle. Qui plus est, "ces formations sont très libres" et s'insèrent dans un projet artistique, souligne-t-elle, balayant les craintes sur un éventuel formatage.

"Développer des potentiels" 

Il s'agit avant tout de "laboratoire d'écriture", estime Violaine Houdart-Merot, responsable du master à Cergy-Pontoise. Parmi le noyau d'étudiants sélectionnés, beaucoup ont fait Lettres ou philosophie, mais il y a aussi d'anciens étudiants en histoire, en cinéma, biologie, voire en médecine. Certains rêvent d'être publiés mais d'autres veulent devenir biographe, artiste numérique ou lancer des projets artistiques faisant appel à l'écriture. "Il ne s'agit pas de leur faire croire qu'ils vont tous publier chez Gallimard mais de leur offrir les meilleures conditions pour développer leurs potentiels et explorer de nouvelles voies", poursuit l'universitaire. Pas question de se limiter au roman ou aux nouvelles. Cergy a reçu cet été près de 80 candidatures pour seulement 17 à 18 places. Un succès qui témoigne de la vitalité de la littérature et de son attrait auprès des jeunes générations, souligne Mme Houdart-Merot. Elitza Gueorguieva, pour sa part, envisage à l'avenir de travailler de manière plus solitaire, même si elle compte désormais sur son éditeur pour la guider et "prendre le relais".

Philippe Djian anime les ateliers d'écriture de la NRF/Gallimard

05/10/2016

Bande-annonce POESIA SIN FIN vost HD

Atelier d'écriture psychomagique au cinéma Eldorado à Dijon


Le dimanche 9 octobre 2016 à l'issue de la séance de 14H00
ELDORADO DIJON

30/09/2016

Voyage d'écriture à Rome


L'atelier d'écriture Plumes d'ici et d'ailleurs  vous invite à écrire au musée pour son troisième concours. A partir d’une oeuvre choisie dans un musée, il s’agit d’écrire une nouvelle policière. A la clé, un séjour d’écriture à Rome à gagner !

Objectif :
Pour vous donner l'occasion de regarder autrement les œuvres exposées dans les musées d'ici et d'ailleurs nous vous invitons à rédiger une oeuvre inédite et originale.
Vous vous laisserez  guider cette année par le genre du policier. Chaque auteur devra choisir un tableau qui sera l'objet d'une enquête policière : meurtre, empoisonnement, vol,  faux .... Dans ce cadre, toutes les possibilités vous sont ouvertes. 

Qui peut participer ?
Ce concours ouvert à tous, enfants, adolescents, adultes, de France, d’Italie, du Canada et d'ailleurs. Le concours est gratuit. Il a cette année deux sections : l'une pour les moins de 25 ans et l'autre pour ceux qui ont passé cet âge. 
                                                
A gagner :
Grâce à l’appui de l'Institut Français-Centre Saint-Louis de Rome, le concours est gratuit et doté d’un premier prix original et créatif !                                             Il s’agit d’un séjour d’écriture de 4 jours à Rome. L'hébergement et le transport sont offerts (le transport est prévu au départ de Paris ou d’autres grandes capitales européennes) ainsi que quatre pauses d'écriture organisées par l'Association "Plumes d'ici et d'ailleurs". Les dates seront à préciser entre le gagnant, l'Association Plumes d'ici et d'ailleurs et l'Institut Français Centre Saint-Louis.
Renseignements ici : http://lepetitjournal.com/international/france-monde/breves/258344-concours-de-nouvelle-ecrire-au-musee-un-sejour-d-ecriture-a-rome-a-gagner

02/09/2016

Atelier d'écriture Dijon


Stage "Dis-moi dix moi(s)"

Stage Atelier d’écriture-récit de vie  
"Dis moi dix moi(s)” 
 Dix secondes, dix minutes, dix heures… pour un récit de vie en mosaïque d'émois. Une approche créative de l'autobiographie.
animé par Philippe Anginot
26 et 27 novembre 
samedi de 14h00 à 18h00 et dimanche de 10h00 à 17h00
Atelier de l’ancienne école de filles
Ados et adultes - Coût 90€

12/08/2016

Atelier hebdomadaire à Fontaine-lès-Dijon

Reprise de l'atelier hebdomadaire le jeudi 6 octobre 2016 à  20h00.
L'atelier est ouvert à tous, débutant ou pratiquant confirmé. Il est orienté sur l'écriture plaisir et destiné à éprouver sa pratique en découvrant de nouvelles techniques d'écriture susceptibles de relancer un projet personnel ou de partager de nouvelles formes d'expression.
L'objectif est toujours d'affirmer sa capacité à raconter une histoire, la sienne ou celles issues d'une imagination sollicitée par la diversité des consignes proposées autour de thèmes choisis ou d'auteurs déclencheurs…
Les inscriptions annuelles se font par mail en septembre.
lasardineeblouie@free.fr
Pour tout renseignement, contacter Philippe Anginot au 06 89 89 70 13

14/06/2016

Atelier d'écriture et cinéma à L'Eldorado Dijon

Mercredi 22 juin 2016 14h00
à l’issue de la projection de Bella e Perduta

au cinéma ELDORADO à Dijon

Il y a des films qui nous laissent sans voix et d’autres qui nous inspirent des mots surgis de loin. Que peut-on écrire à l’issue d’une projection ? Comment profiter de cet instant de grâce où tout notre être baigne encore dans l’univers qui vient de s’achever ? Peut-on ajouter nos mots au silence et partager, sans autre prétention, l’écho du film qui vit encore en nous ?
Retrouvons-nous un instant pour écrire en toute liberté, entre amis de l’Eldo,  lors d’un atelier d’écriture animé par Philippe Anginot, écrivain, animateur des ateliers de la sardine éblouie.
Premier atelier autour de Bella e Perduta de Pietro Marcello, le mercredi 22 juin à l’issue de la séance de 14h00
Atelier gratuit sur inscription au 03 80 66 51 89
Limité à 10 personnes
Atelier d'écriture ?

L'atelier d'écriture est un espace de création de courts textes sur un même sujet par plusieurs participants (entre 8 et 15) qui souhaitent partager leur plaisir d'écrire et de lire. Il est animé par un maître d'atelier qui propose un sujet et ouvre des pistes pour l'explorer. Les participants ont ensuite un temps d'écriture commun puis chacun lit son texte.
Un atelier d'écriture n'est pas un cours pour apprendre à écrire. Aucune remarque n'y est faite sur l'orthographe (les textes sont lus oralement), ni sur la grammaire. Aucun texte n'y est meilleur ou moins bon, ils ont tous leur personnalité.
Le but d'un atelier d'écriture est de permettre de découvrir et faire entendre sa voix écrite qui, comme la voix orale, est propre à chacun mais reste parfois inconnue, des autres mais aussi de soi-même. Il permet ensuite de prendre le temps de s'arrêter sur une sensation, une impression, et de chercher à l'exprimer par des mots.

Paroles d'Eldorado

Cette proposition de Collectif Eldo s'inscrit dans le projet « Paroles d'Eldorado ».
Cette première rencontre nous servira d'étude pour une mise en place de rencontres mensuelles au cours de l'année 2016-2017.
 



08/06/2016

Et toi, tu viens d'où ? in Clameur(s) 2016 à Dijon

Un atelier d'écriture exceptionnel aura lieu à la Bibliothèque Mansart à Dijon dans le cadre de Clameur(s) Pour ces rencontres littéraires venez participer et joindre votre voix autant que votre plume aux nombreux auteurs invités.
Tu viens d'où ? C'est le thème choisi cette année où chacun s'interroge sur ses racines, son patrimoine et sa légitimité à vivre ici ou là…
Samedi 11 juin de 14h à 16h00
Atelier d’écriture animé par Philippe Anginot*
Atelier de La Sardine éblouie

S’ouvrir, donner un peu de soi pour accueillir l’autre, partager les mots qui nous unissent et ceux qui heureusement nous distinguent, raconter nos chemins et dire ce qui nous relie, c’est ce que propose cet atelier d’écriture où chacun, à petits pas ou à grandes enjambées, pourra jeter sur la page …encore un mot “pour la route”…

* Auteur de nombreux ouvrages documentaires, Philippe Anginot est chargé de cours à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, animateur d’ateliers d’écriture auprès des étudiants en carrières sociales et enseignant pénitentiaire. Il est aussi l’auteur d’un travail remarqué sur l’image de la sardine dans l’imaginaire méditerranéen.

06/02/2016

STAGE 20-21 Février


15/01/2016

Ecrire l'instant : stage atelier d'écriture


Ecrire l'instant, c'est ce que propose ce week end d'écriture à Talant où nous approcherons quelques techniques permettant de construire un récit et de raconter une histoire sous forme de nouvelle.
Emotions personnelles, écriture de soi ou fiction, toutes les intentions peuvent trouver dans ce stage de quoi explorer une technique et trouver matière au plaisir d'écrire.
Merci à l''association Les doigts qui rêvent, éditeur de livres tactiles, qui nous accueille dans ses locaux, 11 rue des Novalles à 21240 Talant.
Renseignements : Philippe Anginot 06 89 89 70 13

13/01/2016

Rencontre au lycée de Beaune


A l'invitation des élèves de 1èreL au lycée Marey de Beaune, Philippe Anginot a rencontré leur classe dans le cadre du Goncourt des lycéens, non pour tenter d'obtenir le prix (!) mais pour s'entretenir avec eux des réalités de travail d'un écrivain : relations avec les éditeurs, circuit économique, projets… un vaste tour d'horizon a pu être fait à l'occasion des nombreuses questions des lycéens.

04/01/2016

Bonne année 2016 !


16/10/2015

C'est reparti !

L'atelier d'écriture de Fontaine a repris avec l'énergie d'un bon groupe d'écrivains volontaires. Il reste encore des places disponibles pour participer à cette nouvelle aventure où les mots font oublier le temps…
A bientôt
Reprise le jeudi 5 Novembre

15/09/2015

Reprise des ateliers

L'atelier du jeudi reprend Jeudi 1er octobre à 20h00 à l'atelier de la source à Fontaine.
Merci d'envoyer un mail confirmant votre présence. Les inscriptions auront lieu à l'issue de cette première séance ouverte à toutes les questions.


27/08/2015

Les 3 ors blancs sur RTL

Retrouvez Philippe Anginot invité de Thomas Hugues et Sidonie Bonnec sur RTL dans
 La curiosité est un vilain défaut 
(cliquer pour accéder au podcast de l'émission) 
MERCREDI 9 SEPTEMBRE de 20H00 à 22HOO. Il y sera question de son ouvrage Les trois ors blancs et de la conquête passionnante de l'excellence française en matière de sel, de sucre et de farine…


Femme actuelle

Les ateliers d’écriture, on s'y met toutes
Ma rentrée en pleine forme in Femme actuelle, by Danièle Laufer


Un Français sur trois rêve d’écrire un livre. 1,4 million ont déjà sauté le pas et 400 000 ont envoyé leur manuscrit à une maison d’édition. Tapez « ateliers d’écriture » sur Google. Vous obtiendrez 4 350 000 résultats. C’est dire si le sujet est dans l’air du temps. Dans la France entière, tout le monde s’y met avec passion : hommes et femmes de tous les âges et de tous les milieux sociaux. Ce n’est plus une tendance, mais un raz-de-marée.

Un lieu pour tailler et sculpter des mots
« L’atelier d’écriture, c’est un peu une auberge espagnole, chacun apporte ses richesses inexploitées, c’est une caverne d’Ali Baba où retrouver ses propres trésors », dit l’écrivain Hubert Haddad qui en anime depuis plus de trente ans et a publié deux ouvrages de 800 pages sur le sujet. Concrètement, ça consiste à se retrouver en petit groupe une fois par mois, par semaine ou par jour, pendant 2 ou 3 heures pour bricoler avec des mots en compagnie d’un animateur, auteur de préférence. « Un écrivain n’utilise pas les stéréotypes, il invente en permanence de nouvelles stratégies. Surtout il respecte la fragilité de chacun devant l’acte d’écrire », précise Hubert Haddad. Celui-ci fait une « proposition » pour permettre aux participants de laisser venir dans le désordre les mots qui leur traversent l’esprit pour les tailler, les ajuster. Elisabeth Brami, psychologue, écrivain et animatrice d’ateliers, prend parfois un livre, choisit des mots au hasard et demande à tous les utiliser pour écrire un texte. Chacun travaille pour soi, elle aussi. On ne parle jamais « technique » mais plaisir. Ce n’est pas un cours mais un espace pour des apprentis artisans. A la fin de chaque séance, tout le monde lit son texte à haute voix et chacun commente, complimente ou questionne l’auteur avec la plus grande bienveillance. Des pistes s’ouvrent. « L’essentiel des ateliers « de loisirs » ont des ambitions ludiques et  on vient surtout urtout se confronter à son désir dans un contexte d’émulation courtoise », explique Hubert Haddad. Parfois, à l’issue d’un atelier réalisé dans une prison, une école, université  ou dans un hôpital, les textes sont réunis et publiés dans un recueil qui fait la fierté de ses participants.
On y va pour trouver sa voix
Désir tenaillant de témoigner d’une histoire, ego blessé, besoin de libérer son imaginaire, passion inassouvie, envie d’apprendre à mieux s’exprimer, à trouver le mot juste en compagnie d’autres profanes, bonheur d’écrire avec d'autres, les raisons invoquées par les disciples ne manquent pas. Ancienne anesthésiste devenue sculpteur, Marie-Claude y est venue par hasard : « Grande lectrice, fascinée par la littérature, j’ai vu que la médiathèque de Bagnolet proposait un atelier d’écriture ouvert à tous et gratuit, alors je me suis inscrite ». Séduite, elle poursuit désormais l’aventure une fois par mois avec ses nouvelles copines, sans animateur. Pour le plaisir et parce qu’elles ont beaucoup ri ensemble. L’écriture a toujours été une grande joie pour Marie-Jo, qui coache des étudiants, et avoue comme beaucoup avoir toujours rêvé d’être publiée un jour. Les femmes sont nettement plus nombreuses que les hommes. Parce qu’elles n’ont pas vraiment la parole, pense Philippe Lejeune, théoricien de la littérature et spécialiste de l’autobiographie fantastique. Beaucoup ont en effet souvent tenu un journal intime. Peu ont osé montrer leurs textes. Par pudeur, timidité, ou manque de confiance en elles.
Pour apprendre à inventer et construire des histoires
Tout le monde est logé à la même enseigne. On sait que dans un atelier, on ne vous dira jamais que ce que vous faites est « nul ». « Certaines viennent chercher un adoubement pour des années d’écriture solitaire, un lieu, un temps, un encadrement parce que c’est difficile seul chez soi. D’autres sont demandeuses de recettes pour enfin donner naissance à un texte », explique Elisabeth Brami.
Valérie a commencé dans le cadre de la formation permanente. « Je voulais plus de liberté d’expression et de confiance. » Elle est devenue totalement addict. A raison de 3 h tous les quinze jours, elle ne raterait une séance pour rien au monde.
Tous ces écrivains en herbe ont envie qu’on les rassure, qu’on les aide à trouver leur voix. Ils voudraient apprendre à inventer, à imaginer, à structurer une histoire, à la rendre palpitante, à susciter l’intérêt de leurs premiers vrais lecteurs : les membres du groupe. Le rôle des animateurs est de les accompagner. « Je leur offre une écoute privilégiée et respectueuse. Mon travail consiste à les amener vers l’invention. Je recadre systématiquement sur le texte, pas sur la personne qui écrit. J’écoute ce qui se passe. Je dois être très réceptive, éclairer et renvoyer. Je ne donne aucune recette, je n’y crois pas » dit Amina Danton, écrivain et animatrice.
On ne vient pas pour parler de soi, ou alors « soi » devient un personnage. Les autres n’ont pas besoin de savoir de qui il s’agit en réalité.
Rien à voir avec une thérapie, même si ça aide à vivre
Que trouve-t-on dans ces ateliers ? « Un moment de littérature », sourit Elisabeth Brami. Il n’y a pas d’atelier d’écriture sans lectures de textes d’auteur à un moment ou l’autre. Histoire de lancer l’inspiration ou d’ouvrir l’appétit et l’appétence. « Il y a une grande satisfaction, une allégresse avec parfois des crises de larmes, à mettre en mots et en forme cet inconnu qui vous habite et vous laisse intranquille. Avec l’atelier, le monde intérieur s’ouvre et s’approfondit, donnant une saveur nouvelle à la réalité » dit Hubert Haddad. « J’ai écrit des textes que je ne pensais pas pouvoir écrire » avoue Odile, juriste. « Personne ne juge. C’est une vraie attention, c’est très doux » dit Valérie.
« La contrainte désinhibe et libère », constate Amina Danton. « La dynamique du groupe fait qu’en découvrant l’autre, on se découvre soi-même ». Pour les personnes en difficulté, c’est une fenêtre sur le monde. Comme un soin, dit Elisabeth Brami. « Ça doit les aider à reprendre pied dans leur vie quotidienne. Quelqu’un qui prend la parole dans un groupe pourra la reprendre là où elle a été bâillonnée — au travail, dans sa famille, etc. On enclenche quelque chose indirectement. C’est une sorte de tremplin. Le spontané est retravaillé ». Rien à voir avec une thérapie « mais on arrive à peu près au même résultat en termes de connaissance de soi » pense Odile.
Les participants sont tous dithyrambiques. L’interactivité les porte. « C’est intéressant de voir comment nos textes sont lus », dit Odile. Quand l’un ou l’autre ne comprend pas, ça les renvoie à ce qui ne fonctionne pas dans leur histoire. Et ça leur permet de progresser. « On gagne en clarté » dit Valérie, enchantée d’être désormais capable d’écrire des nouvelles pour ses nièces. Une fois qu’elles ont mis le pied à l’étrier, on ne peut plus les arrêter. « J’aime ciseler, revenir à un texte jusqu’à ce qu’il soit le plus juste possible », dit Marie-Jo décrivant la tâche ardue de l’écrivain. « C’est magique. Un point de repère dans la vie. Ça fait crever une bulle de solitude et d’écriture secrète » dit Elisabeth Brami.
« Ma grande surprise, c’est que c’est un véritable acte de création. Chacun a son style, pragmatique ou ludique. J’ai découvert que ça s’apprend. On ne sait jamais si c’est de l’ordre de l’intime ou pas, mais on s’en fout. Ce qui compte, c’est l’émotion qu’on arrive à communiquer ou à recevoir », s’émerveille encore Valérie. « Avec les mois, mon écriture est devenue plus légère et poétique » constate Marie-Claude, fière de savoir désormais raconter des choses difficiles avec beaucoup de légèreté : « Ça amène à être bien. On réussit à mettre des mots sur ce que l’on ressent ». Marie-Jo qui se dit « accro » (elle a fait une dizaine d’ateliers) parle de la sensation d’être arrivée « à la fin d’un processus » : « Ça a levé des inhibitions. J’ai découvert la magie de la fiction, l’émerveillement de voir apparaître des personnages sous ma plume. J’ai fait des progrès. Ils m’ont appris à creuser, à aller plus loin dans la construction d’un texte. Avec une exigence : il faut que le lecteur comprenne ce que tu as à dire. »
« Beaucoup libèrent leur parole dans le beau silence de l’écrit. C’est fou comme les gens tournent en rond dans l’oralité ordinaire de la communication, faite essentiellement de rabâchage, de clichés, de compulsions », conclut Hubert Haddad.
A savoir avant de vous inscrire
Certaines mairies et médiathèques organisent des ateliers d’écriture à des prix tout à fait abordables. Renseignez-vous dans votre municipalité. En général, le bouche à oreille est la meilleure manière de trouver celui qui vous convient. Vous pouvez aussi « éplucher » les innombrables sites que vous trouverez sur le web pour trouver celui qui vous fait le plus envie. Suivez votre désir et votre intuition, c'est le plus important.

23/08/2015

Ateliers 2015-2016



S'inscrire auprès de Philippe Anginot 
philippeanginot@free.fr
06 89 89 70 13
Premier atelier le 28 septembre 2015
Inscription trimestrielle : 110€



21/06/2015

Clameur(s) à Mansart

Atelier d'écriture sur le thème des solidarités à l'occasion des rencontres littéraires de Dijon.


18/05/2015

Atelier d'écriture au Collège


En visite au Moulin du Foulon chez Mr Lallemant, un meunier passionné qui a su intéresser les élèves de 4ème de Mme Mée, professeur de Français au collège Roger Kuhn de Vitteaux.
Lors des ateliers d'écriture qui ont suivi la visite, les élèves ont pu écrire sur leur expérience et se mettre dans la peau du conteur des Lettres du Moulin…

15/03/2015

Bientôt en librairie…

A paraître le 24 avril


Dis moi dix mots

Voici un joli cycle qui s'achève à la Bibliothèque Mansart de Dijon. 4 ateliers autour des dix mots offerts cette année pour la semaine de la langue française. Et bientôt une publication où retrouver l'émotion et le plaisir qu'ont su nous transmettre la quinzaine de participants.

09/01/2015

Je suis Charlie


27/09/2014

Premier atelier


Ateliers d’écriture : les horizons

Chaque premier atelier est l’occasion de se rencontrer et d’évoquer ensemble notre désir d’écrire. On vient s’y renseigner et tenter un premier texte, quelques mots surgis là, dans cet atelier, au milieu d’un groupe encore inconnu et bientôt riche de belles rencontres.
C’est une histoire qui naît.
Des cahiers qui vont bientôt se remplir de nouvelles envies d’écrire et se nourrir d’un regard nouveau.
L’aventure commence et cette année, nous explorerons les horizons…
Bienvenue à bord !
Philippe Anginot


19/08/2014

Rentrée des ateliers 2014/2015

Rentrée des ateliers 2014/2015 : lundi 29 septembre 2014 14H00


01/03/2014

La Ronde des mots à la cathédrale

La Ronde des mots
Ateliers d’écriture

Ecrire ! Se lancer ! Entrer à son tour dans la ronde des mots et, côte à côte, mettre en lumière ceux qui venus d’hier ou d’aujourd’hui chantent le monde qui résonne en nous. Traduire en toute liberté notre petite musique et faire de nos mots un bien partagé. C’est ce que vous proposent Les ateliers de la Sardine éblouie dans cet atelier d’écriture animé par Philippe Anginot, auteur et délivreur de mots…

Cathédrale Saint Bénigne
chapelle Guillaume de Volpiano

Samedi 15 mars de 10h00 à 12h00
Samedi 15 mars de 14h00 à 16h00
Réservation conseillée sur latelierdecrituredijon@yahoo.fr
Renseignements : 06 89 89 70 13


08/02/2014

Dis-moi dix mots à la Bibliothèque Mansart Dijon

C'est parti !
L'atelier d'écriture de la Sardine éblouie se lance dans l'opération Dis-moi dix mots… à la folie pour 5 séances à la Bibliothèque Mansart à Dijon.

--> Les dix mots choisis cette année semblent sortis d’un bal costumé ! Avec leurs drôles de syllabes, leurs consonances rares ou leurs racines aussi improbables que mystérieuses, ils nous invitent à la fête. Alors lâchons la bride de notre imagination et laissons-nous entrainer dans l’univers loufoque de leur petite sauterie…

Après ce premier atelier sous le haut patronage de Saint Hurluberlu, nous avons tous hâte de relire ces textes qui nous ont réjouis et tout autant surpris, séduits, réunis… Merci à chacun de nous avoir transportés dans l’univers de ses mots. Et avant de trouver le mot qui pourrait signifier “écrire en atelier”, lexiquons, lexiquons encore avant de nous en remettre à Saint Glinglin …

Vous pourrez retrouver une sélection de textes sur le site de Dis moi dix mots, à  La Chaîne des Mots : http://www.dismoidixmots.culture.fr/ 
Participez au défi du Mot de la semaine sur Facebook. ( Pour fêter la créativité lexicale, la Semaine de la langue française et de la Francophonie et ses partenaires lance un défi sur Facebook du 3 février au 23 mars : « Inventez le Mot de la Semaine » ! Participez en proposant un mot absolument nouveau et sa définition en 300 signes maximum ou en votant pour le Mot de la Semaine. Une version junior sera mise en place sur le blog du magazine Okapi ! Un jury composé de grands témoins, de représentants du ministère de la Culture et de la Communication (Délégation générale à la langue française et aux langues de France) et de partenaires de l’opération choisira les lauréats parmi les contributions plébiscitées par les internautes.Le palmarès sera annoncé la semaine du 24 mars. ) : https://apps.facebook.com/le-mot-de-la-semaine/

Et suivre la Bataille des Dix mots, une initiative à retrouver ici :  http://www.bataille-10-mots.fr/

En lien avec tous ceux qui animent l’opération Dis moi dix mots… à la folie et sa nébuleuse, à l’issue du cycle d’ateliers, nous réunirons les textes dans un livret qui portera notre démarche, en laissera trace et donnera à l’écriture sa place au sein d’un lieu d’échanges, de rencontres et de découverts.
Si vous souhaitez participer aux ateliers, il est impératif de réserver auprès de la bibliothèque, le nombre de places étant limité : 0380573984